Caisse de Dépôt : Un régime à la sauce HP

de benoitlizee

 
sauce-hpNous y voilà. Henri-Paul Rousseau témoignera aujourd’hui devant la commission des finances publiques sur sa gestion de la Caisse de Dépôt et Placements du Québec. Entre vous et moi, je ne crois pas que nous en apprendrons beaucoup aujourd’hui. Le témoin prendra bien soin de bien arroser ses réponses de sauce Henri-Paul (HP) afin qu’on puisse bien avaler le tout. J’espère sincèrement me tromper et que les membres du comité iront jusqu’au bout de cette histoire.

Cela dit, pour la mémoire collective, je vous conseille le vidéo suivant qui relate les événements des dernières années entourant la gestion de la Caisse.

 

Nous devons réfléchir à la gestion des Caisses de retraite et des entreprises en général. Un débat collectif est nécessaire afin de réglementer les méthodes de rémunération des dirigeants d’entreprises publiques; axer les primes au rendement et à la valeur boursière ne peut être que néfaste dans l’économie. Regardons les cas de Nortel et de AIG aux États-Unis: Dans le premier cas, en février 2000, John Roth, le pdg de Nortel, exerce toutes ses options avant que les mauvaises nouvelles sortent et fassent fondre la valeur du titre à un prix dérisoire. Ici aussi il y a eu de la « comptabilité créative » afin de bien faire parraitre les chiffres pour que la valeur des actions restent à un prix gonflé. Pour AIG, après l’éclatement de la crise financière de l’automne dernier, le gouvernement américain est intervenu afin que l’aide versée à l’entreprise ne serve à payer les bonis aux dirigeants…

Enfin, pour ce qui est de la Caisse de Dépôt, monsieur Rousseau doit s’estimer chanceux ; je connais peu d’entreprise qui donne une juteuse prime de séparation (à la sauce HP) lorsque l’employé quitte son poste volontairement.

Previous post:

Next post: