La fin du rêve américain?

de benoitlizee

gm20081On entend parler des difficultés que GM et CHRYSLER doivent surmonter ces derniers temps. En fait, les récentes statistiques des parts de marchés des constructeurs américains ne font que baisser depuis quelques années. Ils en sont aussi à demander l’aide de l’Administration américaine et des concessions aux syndicats pour se sortir de l’impasse. Comment ont-ils pu en arriver là ?

Pour les baby-boomers qui lisent ces lignes, vous trouverez l’analogie suivante assez simple à comprendre; Radio-Canada, au début des années 80, avait décidé d’annuler la programmation de l’émission culte pour enfants « BOBINO ». Fini les pétards à la farine de Bobinette! Les cotes d’écoute n’étaient plus au rendez-vous et il était clair que la part de marché que l’émission perdait aux chaines concurrentes justifiait la décision. L’émission n’attirait plus assez d’enfants. Mais voilà que des parents nostalgiques, apprenant la nouvelle, se mobilisent et font pression afin de sauver l’émission. Radio-Canada cède finalement à leur demande et réinsère l’émission dans la grille horaire. Malgré tout, à la fin de la saison suivante l’inévitable arrive et l’on met fin définitivement à l’émission.

Le parallèle avec le marché américain est simple; les consommateurs ne sont plus au rendez-vous. Les constructeurs américains ont-ils tardé à réagir ou est-ce que leurs analyses furent complètement erronées? Les modèles de véhicules que GM, Ford et Chrysler produisent attirent moins la clientèle et ces derniers perdent des parts de marchés aux constructeurs asiatiques et européens. Évidemment, il y a d’autres facteurs qui sont à considérer dans les problèmes des constructeurs américains. Mais avant de faire des profits, il faut faire des ventes. Doit-on finalement fermer ces entreprises? Les mettre en faillite? Non! Les pertes d’emplois seraient catastrophiques dans le contexte actuel. Il y aura toujours des nostalgiques qui voudront leur Mustangs, Challenger, et Cadillac. Par contre, les constructeurs américains auraient mieux fait d’analyser leurs données plus tôt et de repenser l’automobile américaine en fonction de ce qui attire la clientèle chez leurs concurrents. Fini les grosses berlines couteuse en énergie et peu fiable en comparaison de leur concurrentes.

Assez pour aujourd’hui ; Télécino ! Fais-nous passer un p’tit bout de film!

Previous post:

Next post: